Video installation, 3 screens, 9/16, en boucle
Monologue, 5 min 47) – 0dyssée, 3 min 56 – Inflammables, 6 min 24

À travers une forme personnelle d’installation, Caroline Delieutraz propose une plongée dans la tête d’Aurélien, un troll d’internet. Aurélien conserve dans son disque dur de nombreuses archives, notamment des images et des captures d’écran de ses agissements en ligne. Ce disque dur devient une base de données pour l’artiste qui va mener une enquête et disséquer ce personnage. La personnalité d’Aurélien, ses intentions, son imaginaire et ses actes se révèlent par fragments à travers trois vidéos au format vertical. Elles dessinent le portrait d’un individu complexe. Sous la forme rapide de « story », la parole d’Aurélien croise ses collections d’images, ses harcèlements, manipulations et usurpations d’identité. Entre peinture classique, imaginaire guerrier, fascination pour le nazisme, racisme et misogynie, l’univers d’Aurélien est grandiose et minable, romantique et trivial, naïf et cynique. La vidéo Inflammables donne un aperçu des images et des archives que contient le disque dur d’Aurélien. Des avatars 3D endossent les différentes identités d’Aurélien.
Dans la vidéo Odyssée, l’artiste met en scène un extrait d’une nouvelle de science-fiction écrite par Aurélien.
La vidéo Monologue est le résultat d’entretiens que l’artiste a menés avec lui. Depuis sa création, internet est le terrain de jeux des trolls. Avec les réseaux sociaux, ces pratiques sont devenues plus visibles car les plateformes ne parviennent pas à modérer les contenus haineux qui peuvent être partagés, téléchargés et dupliqués dans la seconde où ils sont postés. Le troll est devenu une figure de notre civilisation, un mythe moderne. À travers cette figure du troll, les questions de l’anonymat, de l’identité, du bien et du mal se posent en des termes nouveaux.