Les visages d’humanoïde de à la peau bleue se succèdent dans un morphing hypnotique, des Zotriens léthargiques d’Ulysse 31 aux Na’vi d’Avatar, des Draags, géants bleus de la Planète Sauvage, aux « programmes » de Tron, chacun prétendant être l’homme bleu original, les autres sont des mutants, des animaux, des freaks, des copies. Caroline Delieutraz, auteure de ce court film Blue Meme extrait ces personnages de leur univers d’origine (jeux vidéo, BD, films…) pour les associer dans une fiction commune. Figure de l’étrange, mi-humain, mi-autre-chose [animal, extra-terrestre, robot], ils représentent, dans leur fiction respective, l’altérité. Ici, ils forment une sorte de communauté d’êtres hybrides, absurdes et orphelins qui ne cessent de se transformer, de s’auto-engendrer.